François Ier « Père des Lettres » : construction et métamorphoses d’une image et d’un imaginaire (1515-1560).

DSpace/Manakin Repository

Show simple item record

dc.contributor.advisor Campanini, Magda it_IT
dc.contributor.author Crosazzi, Giulia <1993> it_IT
dc.date.accessioned 2018-06-19 it_IT
dc.date.accessioned 2018-12-03T06:18:19Z
dc.date.available 2018-12-03T06:18:19Z
dc.date.issued 2018-07-05 it_IT
dc.identifier.uri http://hdl.handle.net/10579/13050
dc.description.abstract Dans ce mémoire de maîtrise, nous étudierons la construction de l’image de François Ier, le roi de la Renaissance française, par les humanistes, les gens de lettres et les artistes de son entourage. Après la présentation des aspects, souvent complémentaires, qui composent la figure de François Ier et qui ont alimenté le mythe à la fois du « roi chevalier », du « roi très chrétien », du « roi mécène » et du « roi poète », nous nous concentrerons sur la construction de l’image du « Père des Lettres » et, par le biais de ce processus, sur le rapport entre le pouvoir monarchique et les lettres. D’abord nous analyserons le texte fondateur de ce processus de formation, l’Institution du Prince de Budé, un traité où l’image virtuelle d’un roi animé par la prudence, la libéralité et la volonté de promouvoir les lettres et les lettrés se constitue. Ce texte, conçu comme un « miroir du prince », offre au roi une préfiguration de son rôle et de l’attitude attendue par les lettrés ; nous essaierons de montrer comment sa composition obéit à une véritable stratégie adoptée par les humanistes à l’égard de la formation de François Ier, afin de mettre en lumière quelques aspects du rapport entre le prince et les humanistes. Les échos de ce texte se retrouvent chez des auteurs comme Thenaud et Demoulins et contribuent à la naissance et au développement d’une image idéalisée destinée à nourrir l’imaginaire de cette époque et à s’irradier dans la poésie, dans la prose et dans les arts. Dans la seconde partie, nous nous pencherons sur quelques textes composés sous le règne et après la mort de François Ier : en nous concentrant sur un choix de pièces liminaires et de poèmes (Marot, Dolet, Du Bellay), nous essaierons de suivre les métamorphoses de l’image de François Ier et de l’imaginaire qu’elle nourrit. it_IT
dc.language.iso fr it_IT
dc.publisher Università Ca' Foscari Venezia it_IT
dc.rights © Giulia Crosazzi, 2018 it_IT
dc.title François Ier « Père des Lettres » : construction et métamorphoses d’une image et d’un imaginaire (1515-1560). it_IT
dc.title.alternative it_IT
dc.type Bachelor Thesis it_IT
dc.degree.name Lingue e letterature europee, americane e postcoloniali it_IT
dc.degree.level Laurea magistrale it_IT
dc.degree.grantor Dipartimento di Studi Linguistici e Culturali Comparati it_IT
dc.description.academicyear 2017/2018, sessione estiva it_IT
dc.rights.accessrights openAccess it_IT
dc.thesis.matricno 841248 it_IT
dc.subject.miur L-LIN/03 LETTERATURA FRANCESE it_IT
dc.description.note it_IT
dc.degree.discipline it_IT
dc.contributor.co-advisor it_IT
dc.subject.language FRANCESE it_IT
dc.date.embargoend it_IT
dc.provenance.upload Giulia Crosazzi (841248@stud.unive.it), 2018-06-19 it_IT
dc.provenance.plagiarycheck Magda Campanini (campacat@unive.it), 2018-07-02 it_IT


Files in this item

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record